d'ici

Le Mile End: quartier le plus branché au monde?

Le Mile End a été élu quartier « le plus cool au monde » cette semaine par le site HowITravel. Mythe ou réalité?

Quartier en perpétuel changement, véritable lieu de passage et de transition, le Mile End est aujourd’hui considéré comme la plaque tournante du Montréal culturel et indie, puisque les artistes, musiciens, designers, cinéastes et écrivains y ont dorénavant pignon sur rue. On n’a qu’à parcourir quelques mètres sur les artères majeures du quartier pour constater le récent embourgeoisement des lieux, depuis l’arrivée entre autres des bureaux d’Ubisoft dans l’édifice Peck sur le Boulevard St-Laurent, une ancienne usine employant les ouvriers du quartier.

Mile 12Mile 11

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce ne fut cependant pas toujours le cas, puisque les historiens et urbanistes parlent d’une revitalisation tardive du quartier, soit à partir des années 1980. « Une plongée dans les racines du quartier permettra de découvrir que c’est précisément cette vocation de lieu de passage qui a contribué à faire du Mile End un espace unique : dès le début du 20e siècle, la cohabitation de plusieurs groupes ethniques parlant de nombreuses langues, appartenant à des classes sociales et à des religions diverses y est la norme. «No mans land» coincé entre l’Est canadien-français catholique et l’ouest anglo-protestant, le Mile End constitue un espace de métissage social et culturel où l’empreinte de ces générations est toujours visible. » (Mémoire du Mile-End).

Mile 1Mile 2

 

 

 

 

 

 

 

 

Géographiquement, cet ancien « No mans land » qu’est le Mile End est confiné entre la voie ferrée du Canadien Pacifique au nord, l’avenue du Mont-Royal au sud et les rues Hutchison à l’ouest et Henri-Julien et de Buillon à l’est.  Si on se penche quelque peu sur l’histoire du Mile End depuis ses origines, on constate rapidement un clivage assez précis entre ces différentes phases d’établissement du petit quadrilatère qu’est le Mile End.

Mile 6Mile 9

 

 

 

 

 

 

 

 

Entre les années 1850 et 1890, on parle d’un village, Saint-Louis-du-Mile-End, qui s’étend aux portes de la ville de Montréal, à environ un « mile » du Montréal d’alors. Déjà divisé en deux secteurs, à l’est on retrouve une frange d’ouvriers et d’artisans canadiens-français et catholiques qui avoisinent les chantiers et les carrières prospères de Montréal et à l’ouest, une zone plus agricole qui sert également de « terrain de jeu campagnard pour l’élite anglophone qui y possède des villas, vergers, champs de courses et terrains de chasse. » (Mémoire du Mile-End). Nommée à partir de 1895, la ville Saint-Louis doit son expansion à la deuxième phase de la révolution industrielle qui amène une rapide urbanisation de la Métropole et à l’implantation d’une gare du CP qui reliait la ville avec les Laurentides et les campagnes environnantes. Cette petite ville sera annexée à Montréal en 1910 et reste majoritairement ouvrière à l’est alors que de grands projets immobiliers sont en marge dans l’ouest plus fortuné.

Mile 14Mile 15

 

 

 

 

 

 

 

 

Les années 1920 à 1950 marquent l’âge d’or de la culture yiddish, le Mile End est alors l’épicentre juif de Montréal. La deuxième grande vague d’immigration juive en provenance de l’Europe de l’Est coïncide avec la montée de l’antisémitisme et la guerre en Europe. Les nouveaux immigrants s’installent et forment ainsi une communauté assez homogène, entièrement aux antipodes de la précédente vague d’immigration juive du 19e qui, elle, s’est davantage assimilée à la communauté anglophone de Montréal. L’immigration d’après-guerre (1950-1980) laisse place à de nouvelles communautés ethniques désirant s’installer dans un Montréal de plus en plus accueillant et multiethnique. Les Ukrainiens, Grecs, Italiens et Portugais prennent d’assaut le Mile End qui est encore assez accessible pour ces nouveaux arrivants. Finalement, depuis les années 1980, « la vague actuelle, qui peut être qualifiée de celle du «retour», car ce sont souvent les enfants de ceux qui ont quitté le Mile End qui y reviennent pour lui donner son caractère contemporain. » (Mémoire du Mile-End).

Mile 17Mile 18

 

 

 

 

 

 

 

 

Aujourd’hui, les boutiques, galeries d’art et cafés indépendants fleurissent au fil des mois et diversifient une faune urbaine déjà bigarrée. Les nouveaux venus côtoient sans gêne les piliers gourmands, culturels et patrimoniaux du quartier, de véritables noyaux durs du Mile End tels que Wilensky’s Light Lunch et le café Olympico par exemple. Vous ne serez pas non plus surpris de croiser sur votre chemin une famille juive hassidique sortant faire les courses, des hipsters flânant de café en café ou des jeunes bobo à la quête de l’appartement parfait.

Mile 20Mile 8

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est justement cette dichotomie urbaine et humaine qui donne au promeneur l’impression de découvrir une ville dans une ville. En effet, vous pouvez dans la même journée vous acheter une fournée de bagels encore chauds, déguster un smoothie vegan devant un spectacle d’électro-pop, jouer au ping-pong un drink à la main ou admirer le street art en mangeant un tagine entre amis. « Avec ses petites rues bien alignées où se dressent des maisons de deux étages, ses ruelles parsemées de jardinets, son atmosphère bohème, le Mile End a de faux airs du Village new-yorkais des glorieuses sixties, poussant la ressemblance jusqu’à avoir lui aussi une Little Italy comme voisine. » (Le Monde). Ce quartier est aujourd’hui un des endroits les plus en vogue de la métropole et même la capitale canadienne de la création musicale! Qu’attendez-vous pour y faire un tour?

Mile 4Mile 7

 

 

 

 

 

 

 

 

Sources:

http://memoire.mile-end.qc.ca/fr/histoire-du-quartier-mile-end-prologue/

http://histoireplateau.canalblog.com/archives/2006/07/30/2383607.html

http://www.concordia.ca/content/shared/fr/actualites/central/nouvelles/2011/10/11/le-mile-end-sous-la-loupe.html

http://www.lemonde.fr/voyage/article/2011/10/05/a-montreal-le-quartier-de-mile-end-pionnier-et-alternatif_1540693_3546.html

 

«

»

what do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *