d'ailleurs

Comme une envie de Bangladesh

La plupart de mes envies d’évasion naissent sur Instagram. Comme un besoin urgent, une excitation palpable. J’aime découvrir de nouveaux photographes des quatre coins du monde grâce à cette plateforme (qui occupe une trop grande part de mon temps, certes). Je voyage grâce aux efforts incroyables que ces photographes du quotidien mettent à attirer et à maintenir des lecteurs/amateurs de leur travail. Je sais maintenant reconnaître mes idoles d’Instagram grâce à leur esthétique unique, je m’arrête pour sourire devant les paysages qu’ils immortalisent, j’arrive à être émue par les portraits souriants qu’ils mettent en valeur sur leurs comptes personnels. Cette incursion dans l’intime me fait vibrer.

Ma plus récente envie: visiter le Bangladesh. Ses étendues incroyablement vertes de mangroves vivantes, ses repas partagés à même la rue, ses enfants aux yeux brillants, ses tigres faisant partie des espèces les plus menacées de la terre me titillent la curiosité. J’ai l’attrait de naviguer ses veines aquatiques, l’appel de sa jungle luxuriante et du chaos de ses villes. Déjà, le Sri Lanka et l’Inde m’ont ébloui, mais depuis, je ne cesse de vouloir retourner me faire violence/amour dans le capharnaüm de ces villes d’Asie du Sud. Le plan est déjà échafaudé: un billet de train en troisième classe entre Kolkata et Dhaka à acheter, un visa étampé à l’arrivée, quelques semaines de bonheur, loin de la mousson et des inondations dévastatrices. Un partage, une rencontre.

View this post on Instagram

#ShotoniPhone #shotonmoment #OldDhaka

A post shared by Ashraful Arefin (@the.ash.are) on

Cette envie folle, je la tiens du photographe Ashraful Arefin qui fait des merveilles sur Instagram. Je l’ai découvert depuis quelque peu, mais ses photos sont tout simplement extraordinaires. Chaque jour, je suis impatiente de découvrir ses clichés du Bangladesh, de son Bangladesh. Je vous en partage quelques-unes pour vous faire rêver à votre tour. Ce pays magnifique et maintes fois dévasté est encore loin des radars touristiques. Je crois qu’il est à découvrir pour sortir des sentiers battus.

Pour suivre Ashraful Arefin, rendez-vous ici & ici.

Photo de couverture: Unsplash.

«

»

what do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *