d'ailleurs

Le Sri Lanka en bref

Nous avons passé trois merveilleuses semaines à parcourir le Sri Lanka, ce minuscule pays qui offre l’océan, les montagnes, les merveilles archéologiques des cités anciennes et la jungle à seulement quelques dizaines de kilomètres d’écart. Nous l’avons essentiellement parcouru à bord de petits autobus publics sympathiques et ponctué notre voyage de nombreux courts arrêts que les petites distances nous permettaient de collectionner. Je vous partage une liste d’incontournables, qui, à mon sens, sont essentiels pour créer un itinéraire qui vous ressemble sur l’Île resplendissante. Récemment, le Sri Lanka a été choisi comme pays numéro 1 à visiter en 2019 par le prestigieux palmarès « Best in Travel » de Lonely Planet, ce qui en fait inévitablement une destination de plus en plus en vogue!

Sri Lanka is decidedly having its moment in the equatorial sun and change is coming swiftly. Already notable to intrepid travellers for its mix of religions and cultures, its timeless temples, its rich and accessible wildlife, its growing surf scene and its people who defy all odds by their welcome and friendliness after decades of civil conflict, this is a country revived. There’s now more than ever for families, adrenaline junkies, eco-tourists, wellness seekers and foodies of all budgets. Even the north and east, including areas previously off limits, difficult to reach or lacking in services, deliver new discoveries. (Lonely Planet // Best in Travel 2019)

Best in Travel 2019 // Sri Lanka

Ici, une carte vous donne accès en un clin d’oeil à nos principaux arrêts. Un itinéraire de trois semaines bien équilibré. Entre plages, villes coloniales, plantations de thé, réserves faunique et sites classés à l’UNESCO.

En Bref:

Meilleur moment pour visiter le pays: entre la fin janvier et avril.

Entrée dans le pays: se munir d’un passeport valide pour plus de six mois, d’un billet d’avion de retour et avoir en main propre la copie du formulaire de visa électronique (http://www.eta.gov.lk/slvisa/) complété. Le visa coûte une quarantaine de dollars canadiens. Également, un preuve de fonds dans son compte en banque peut être demandée aux douanes.

Vaccination: s’assurer d’avoir tous ses vaccins universels de base à jour. En plus, des vaccins contre la rage, la fièvre typhoïde, l’hépatite A et l’encéphalite japonaise peuvent être recommandés pour de plus longs séjours hors des sentiers battus.

Monnaie et budget: la roupie sri lankaise (LKR) est utilisée et au moment d’écrire ces lignes,  1$ CAD équivalait à 131 roupies sri lankaises (voir le site www.xe.com pour le taux le plus récent). Nous avons grosso modo dépensé un budget total de 500$ par personne excluant nos vols internationaux pour se loger, se nourrir, se déplacer et se divertir.

Climat: équatorial, grandes chaleurs sur les côtes et dans les plaines, fraîcheur bienvenue dès que l’on monte en altitude.

À visiter & à faire:

Galle: Il est agréable de parcourir les fortifications du fort hollandais du 17e siècle merveilleusement conservé, un excellent point de départ pour se promener dans les vieilles rues qui bordent l’Océan. D’immenses arbres centenaires servent d’abri paisible où il fait bon s’évader de la chaleur cuisante et de stationnement pour de nombreux tuk-tuk colorés. Le marché aux poissons est également un inévitable arrêt où tous vos sens seront sollicités. C’est les mangoustans juteux qui coulent le long des cous et qui collent les doigts qui excitent le plus le palais. Le fort de Galle est protégé à l’UNESCO et son site en bord de l’Océan indien est complètement extraordinaire et parfait pour s’acclimater à la chaleur et à la vitalité bouillonnante du pays.

Unawatuna: Plages quasi désertes bercées par le vent du large, les vagues immenses viennent violemment se rabattre sur la côte et réjouissent les amateurs de surf qui s’y massent. Des palmiers géants se balançant au rythme du vent océanique soutenu. Les villes côtières de Matara, Mirissa et de Tangalle sont aussi conseillées pour savourer la baignade et la découverte de plages vierges et à la végétation luxuriante. Vous mangerez sans doute du poisson et des fruits de mer mélangés à du riz sur du papier journal dans un sac de plastique. Gare aux orages tropicaux qui fendent le ciel d’éclairs menaçants.

Tissamaharama: Communément appelée Tissa, cette bourgade minuscule est le point de départ de safaris au splendide Parc national de Yala. Ce site enchanteur abrite des centaines d’animaux sauvages les plus exotiques les uns que les autres qui sont heureusement protégés des chasseurs et des braconniers. Nous avons pu saluer des éléphants, des paons et même un timide jaguar lors de notre passage. Se lever aux aurores fait aussi partie de l’expérience pour voir le soleil se lever et le ciel se dégager rien que pour nous. Le pays compte une vingtaine de parcs nationaux où de nombreuses espèces animales y sont préservés.

Haputale: La fraîcheur des montagnes vous donnera certainement le goût de poser vos valises pour jouir d’un moment de détente et de contemplation dans cette mignonne petite ville juchée au milieu des plantations de thé. Nous avons choisi Haputale au profit d’Ella, sa voisine beaucoup plus achalandée. Le réveil avec le chant envoûtant de l’appel à la prière mettra les bases d’une découverte des champs vert tendre dès le lever du jour. Les effluves du thé embaument l’air ambiant et sont tellement envoûtantes qu’il est difficile d’en décrire l’effet sur le corps. Les dizaines de déclinaisons du vert de plants excitent l’oeil et toute heure du jour est prétexte à tremper ses lèvres dans la chaleur délectable du thé orange pekoe ou du thé noir de Ceylan produit à nos pieds. Il est possible de faire de nombreuses petites randonnées comme à Nuwara Eliya pour monter jusqu’au Lipton seat et emplir vos poumons d’air frais et d’arômes émanant des milliers de plans de théiers. Le trajet de train entre Ella et Kandy est très populaire pour les merveilleux panoramas qui se dressent devant nous: jungles à la végétation impénétrable, impressionnante ponts ferroviaires, gares bondées d’enfants souriants, plantations de thé à perte de vue. Nous avons opté pour la 3e classe, très confortable, et pour se mêler aux locaux joyeux de nous voir parmi eux pour ce voyage de quelques heures.

Kandy: L’ancienne capitale du dernier royaume cinghalais du pays recèle un joyau national: son jardin botanique royal digne des plus grands du globe. L’abondance et la luxuriance de la végétation immergent littéralement le visiteur qui peut y passer la journée. La collection impressionnante d’orchidées en vaut à elle seule le détour. Des singes joueurs et des centaines de chauves-souris frugivores sont aussi au rendez-vous. Au coeur de la ville, se love des lacs aux berges remplies d’animaux (attention aux voraces varans) et les bâtiments coloniaux immaculés et opalescents ondoient au soleil. Il est agréable de déambuler dans le vieux centre pour échapper au chaos ordinaire du pays, pour croiser des enfants joyeux dans leurs uniformes safran, assister paisiblement à des cérémonies dans les temples locaux et se faire doubler par des coqs fougueux.

Dambulla: Temple troglodyte abritant des centaines de représentations du bouddha, ce lieu mythique est à couper le souffle. C’est un endroit idéal pour méditer et se recueillir, après avoir repris son souffle « post-ascension ». Les cavernes fraîches font ombrage au brûlant soleil d’après-midi et les singes batifolant dans les bassins grignotent des nénuphars aux fleurs délicates.

Sigiriya: Deuxième arrêt obligatoire du triangle culturel sri lankais, cet immense rocher nous mène aussi vers les cieux. Ce site archéologique est très bien conservé et en vaut le détour, mais prenez garde aux essaims de frelons qui attaquent sauvagement les visiteurs trop aventureux (ou ceux qui gravissent le rocher en sandales légères, vous serez prévenus!). Les parois rocheuses ocre sont aussi tapissées de magnifiques fresques bien préservées et la vue depuis le sommet offre un 360 degrés sur les paysages environnants qui vaut le détour par temps dégagé.

Anuradhapura: Les rois cinghalais ont régné pendant plusieurs siècles sur cette cité la plus vaste et développée des cités anciennes du pays. Les nombreux dagobas, d’immenses reliquaires construits à la mémoire de Bouddha, de diverses tailles et couleurs sont les attractions principales de cet endroit qui se découvre aisément sur une vieille bécane.

Negombo: La dernière escale pour plusieurs voyageurs qui repartent depuis l’aéroport de Colombo, cette paisible et très touristique ville portuaire est une échappatoire à la lourdeur de la capitale. Le marché aux poissons en vaut le détour. Une dernière baignade?

Bus en bonus: véritables attractions locales, ces petits bus publics, parfois vides, parfois bondés font partie de mes souvenirs les plus intenses de ce voyage. Très accessibles et peu onéreux, les trajets à bord de ces minibus sont rapides. Il faut littéralement sauter à bord pour monter et descendre et attacher nos sacs à côté du bras de vitesse tout près du conducteur. Musique étourdissante, divinités scintillantes, sièges étroits et conduite cavalière pétaradante rendent le trajet encore plus mémorable.

Sources: https://www.lonelyplanet.com/sri-lanka & Unsplash.

«

»

what do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *